Nouveautés
top

save

Une image contenant arbre, extérieur, montagne, nature  Description générée automatiquementCOMMENT VOYEZ-VOUS DIEU ? -- Votre conception de Dieu détermine quel genre de relation vous avez avec Lui.
La plupart du temps, notre conception de Dieu est façonnée par notre culture, notre famille ou notre religion. Certains Le voient comme un être mystérieux, contrôlant tout, portant la responsabilité des tragédies et des souffrances, tandis que pour d’autres, Il est un Dieu aimant et miséricordieux ; et beaucoup de gens ne savent pas à quoi s’en tenir.
Si vous voyez Dieu comme une personne lointaine qui parfois donne de bonnes choses et parfois les reprend, comme un juge sévère qui se met en colère et se venge, si vous n'êtes pas sûr de savoir qui Il est, comment allez-vous entrer en relation avec Lui ?
Le meilleur moyen de savoir comment est Dieu c'est de regarder dans sa Parole. Dans Jean 14.9, Philippe demande au Seigneur : "Seigneur, montre-nous le Père."  Celui-ci répond : "Celui qui M'a vu a vu le Père ". Ainsi, tout ce que nous Le voyons faire--guérir, réconforter, ressusciter—ou que nous L’entendons dire, reflète directement le Père.
La notion d’un Dieu mystérieux s'évapore alors, et un nouveau concept apparaît : celui d'un Père, d'un Dieu gentil et bienveillant, qui est personnel et intime avec nous, un Dieu avec Lequel nous pouvons tisser des liens, comme un enfant avec son père.
Dans Luc 9.56, nous lisons que « Le Fils de l'homme n'est pas venu pour faire mourir les hommes, mais pour les sauver. » Le cœur du Père est de sauver. Et Jean 3.17 nous dit : « Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui. »
Cela devrait soulager les croyants qui pensent qu'une partie du dessein de Dieu est la destruction, qu'Il peut nous rendre malades ou provoquer des tragédies dans notre vie pour nous enseigner une leçon. C'est un Dieu avec Lequel il est difficile de tisser des liens, n'est-ce pas ?
Luc 19.10 ajoute une pièce au puzzle. "Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu." Le cœur de Dieu est d’aller chercher ceux qui sont perdus. L'Esprit de Dieu parcourt la terre, attirant ceux qui veulent être attirés. C'est un Dieu bon. (Mais tout le monde ne veut pas être attiré vers Lui !)
De plus, Matthieu 20.28 nous dit que le Seigneur "n'est pas venu pour se faire servir, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup. "
Nous affinons maintenant notre conception de Dieu. Son but n’est pas de condamner ou de détruire, mais de sauver, et pas seulement de sauver, mais d’aller chercher ceux qu'Il veut sauver. Et Il est venu servir tous les hommes en donnant sa vie en rançon, pour nous racheter du péché. Voilà un Dieu qui nous aime et qui veut nous bénir.
Tout comme beaucoup de parents et de grands-parents attendent Noël avec impatience pour bénir leurs enfants et leurs petits-enfants en les couvrant de cadeaux, Dieu veut aussi nous bénir mais encore plus !!
Cependant, beaucoup de gens se sentent indignes et ont l’impression que Dieu les rejette; ils pensent qu'Il a quelque chose contre eux et qu'ils doivent gagner son approbation. C'est pourquoi, lorsqu'ils prient, ils se mettent à mendier plutôt qu'à communier. Ils passent du temps avec Dieu d'une manière religieuse, au lieu d'être en communion intime avec Lui.
Comment pouvez-vous savoir si vous avez une bonne perception de Dieu ? Ramenons cela à notre niveau humain. Quelle compagnie préférez-vous ? Celle de personnes qui sont heureuses, gentilles et positives, ou celle de gens grincheux, jamais contents, méchants et désagréables ? Celle des personnes qui vous font vous sentir bien, n’est-ce pas ? Vous pouvez appliquer ce même principe à votre perception de Dieu : vous chercherez à passer du temps avec le Père si vous savez à quel point Il vous aime et veut vous bénir.
Nous faisons tous face à des défis dans ce monde, c’est pourquoi il est important de se tenir sur cette base solide : Dieu, mon Père, m'aime plus que n'importe qui sur cette terre ne m’aimera jamais. Il est venu me chercher et me sauver, Il est de mon côté, Il veut m'aider et me bénir. Nul doute que cela exclut de notre marche avec Dieu les rites et les formules religieuses toutes faites. Les formules toutes faites ne pourront jamais remplacer la communion. Dieu veut que vous Le connaissiez intimement.
Croyez-vous dans votre cœur que Dieu vous aime et qu’Il veut vous bénir ?

save

Une image contenant texte, passage, scène, ciel  Description générée automatiquementVOTRE VIE EST-ELLE INFLUENCÉE PAR VOTRE MÉMOIRE OU PAR VOTRE VISION ?           --Rejouez-vous le passé ou vous projetez-vous dans le futur ?
« Car Moi Je connais les projets que J’ai conçus en votre faveur, déclare l’Éternel : ce sont des projets de paix et non de malheur, afin de vous assurer un avenir plein d’espérance. »  Jérémie 29.11. Ce verset montre clairement que Dieu a des projets et des bons plans pour chacun de nous, tout comme un père aimant a de bons projets et de nombreuses bénédictions en tête pour ses enfants bien-aimés.
Cependant, notre façon de penser est parfois contraire à Sa façon de penser. Selon ce verset, Dieu a de bonnes choses en tête pour notre avenir mais bien souvent, ce n’est pas notre cas.
Nous passons trop de temps à ressasser le passé, les pensées négatives, les choses qui ont mal tourné dans notre vie : les blessures, les échecs et les défaites passés, les maladies, les problèmes financiers, la culpabilité et la condamnation.
(Il est parfois bénéfique de se tourner vers le passé et de tirer des leçons des circonstances négatives, et nous pouvons aussi nous souvenir des moments heureux et louer Dieu pour tout ce qu'Il a fait pour nous. Mais aujourd'hui, je veux parler des pensées négatives sur le passé).
Nous avons un contrôle total sur nos pensées. Nous pouvons soit ressasser nos échecs ou nos peurs, soit anticiper nos victoires futures. Nous pouvons ruminer toutes les choses qui ont mal tourné dans notre vie et rester bloqués dans le passé, ou bien aller de l'avant vers le futur que Dieu nous réserve.
Nous devons discipliner nos pensées. Notre esprit va où nous le laissons aller, mais nous pouvons le contrôler. Philippiens 4.8 nous dit : « Nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d’amour ou d’approbation, de tout ce qui est vertueux et mérite louange.»  Ce n’est pas une suggestion, c’est un commandement.
Si vous voulez prendre le contrôle de vos pensées, méditez ce verset encore et encore, et évaluez ensuite avec quoi vous nourrissez votre esprit.
Je le répète : vous avez le contrôle absolu de votre esprit, de ce que vous y laissez entrer et de ce que vous méditez, et ce sont ces pensées qui influencent votre avenir.
Nous pouvons concevoir un avenir meilleur que notre passé. Nous traversons différentes saisons dans la vie, et nous ne pourrons probablement plus goûter à certaines d'entre elles, comme élever des enfants et profiter de leur présence, ou vivre avec des êtres chers, ou travailler dans un autre pays... mais nous devrions nous réjouir des saisons à venir, qui seront bonnes d'une façon différente. Dieu n'a pas fini de vous bénir.
Anticipez la faveur de Dieu dans votre vie, Ses bénédictions, des expériences inattendues et des bonnes choses. C'est votre choix absolu de penser de cette façon.
Chaque jour, au réveil, dites-vous: « Je me demande quelles bonnes choses vont m'arriver aujourd'hui ! »
Vous seul pouvez choisir votre attitude. Les circonstances peuvent vous influencer et vous tenter d'avoir une attitude négative, mais vous n'êtes pas obligé de céder. Et l'attitude que vous allez choisir dépendra de ce que vous pensez : est-ce que je me joue mon avenir, avec les bénédictions de mon Père aimant, ou est-ce que je ressasse des souvenirs déplaisants et des problèmes passés ?
Et voici où je veux en venir: si Dieu a un plan pour ma vie, je ne veux pas le manquer. Je veux savoir ce que c'est et j'en ai probablement manqué une partie en chemin, comme nous l'avons tous fait. Je vais contempler l'avenir, car plus je passe du temps dans le passé, plus je perds quelque chose de l'avenir. Et je veux tout ce que Dieu me réserve dans les années qui me restent à vivre.
Votre vie est-elle modelée par vos souvenirs ou par votre vision ? Votre vision est-elle en accord avec la vision de Dieu ? 
Vous n'êtes pas obligé de vivre dans la misère ou la médiocrité, vous pouvez revendiquer dès maintenant les promesses de Dieu pour votre vie. Vous pouvez choisir de réagir aux stimuli qui vous entourent, de vous laisser manipuler par les circonstances du monde ou bien de vous appuyer sur la Parole de Dieu pour vous.  Allez-vous rejouer votre passé ou vous projeter dans le futur?


save

ÊTES-VOUS UN PRODUCTEUR OU UN CONSOMMATEUR ?
Comme vous le savez peut-être, la mer Morte, en Israël, est appelée ainsi car elle ne contient aucune vie.  Elle est remplie de sel et de minéraux, mais aucune vie n’y est possible du fait qu’elle n’a pas de débouché. L'eau y entre mais elle stagne là ou s'évapore. Pour qu'un lac ou un étang soit vivant, il faut qu'il y ait un flux et des échanges, il faut que l'eau puisse entrer et sortir, et c'est la même chose avec les gens. 
De nos jours, c'est de plus en plus le « chacun pour soi », mais ce n'est pas une bonne façon de vivre. Nous avons tous des besoins, peut-être même des besoins extrêmes, qui demandent du temps et de l'attention, mais si vous ne vous concentrez que sur vous et vos besoins, vous ne serez jamais vraiment heureux.
Il semble que les personnes les plus heureuses sont celles qui en font le plus pour servir les autres et donner d'elles-mêmes. J'ai vécu en Inde pendant plusieurs années et je me souviens qu’un jour, alors que nous marchions dans une petite rue, de pauvres gens nous ont invités dans leur humble maison. Ils nous ont préparé un délicieux repas de poulet au curry et nous ont servis comme des rois. Dans leur pauvreté, ils semblaient être les gens les plus heureux du monde ! Leur exemple a de quoi nous faire honte, n'est-ce pas ?
Ils n'étaient pas seulement concentrés sur leurs besoins et leurs désirs qui, j'en suis sûre, devaient être nombreux. Ils étaient tournés vers les autres, ils voulaient donner d'eux-mêmes, ils étaient des « conduits d’écoulement ».
Je connais des gens qui, même s’ils sont plus riches que la plupart, sont toujours insatisfaits parce qu'ils en veulent toujours plus et envient les autres.  Peut-être pensez-vous que si vous parvenez à obtenir tous les besoins et désirs qui figurent sur votre liste, alors vous serez heureux. Mais non, au fil du temps, cette liste continuera à s'allonger!
Alors pourquoi n'essayez-vous pas de vous concentrer sur les autres et sur leurs besoins ? Vous verrez qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.
Si vous voulez la recette du bonheur, je vous suggère de mettre l’accent sur l'amour, de chercher des moyens d'aimer, de donner et d'aider, au lieu de vous concentrer sur vous-même et vos besoins. 
Tant que nous sommes ici-bas, nous avons tous quelque chose à donner, que ce soit du temps, un mot gentil, un conseil bienveillant, une aide financière ou ne serait-ce qu’un morceau de pain. Nous n'avons pas besoin de consommer en totalité tout ce qui nous tombe sous la main, car c’est en vivant ainsi que nous nous privons des expériences les plus riches de la vie.
Dans le monde, il y a des producteurs et des consommateurs. Chacun de nous devrait examiner sa vie et décider : "Dorénavant, je serai quelqu'un qui produit plus qu'il ne consomme ". Je ne parle pas de créer une usine et de produire des choses, je parle de votre vie en tant qu'individu. Et cela peut couvrir de nombreux domaines.  "Dans mon cercle d’amis, je ne veux pas être celui/celle qui est toujours en train de prendre, ou qui arrive enveloppé d’un nuage de dépression, de tristesse, de mauvaises nouvelles ou d’une attitude critique. Je ne veux pas toujours être envieux/se des autres. " 
Opérez un revirement complet et dites : "Il y a des gens qui sont bien moins lotis que moi et je veux faire quelque chose de positif de ma vie. Je veux donner plus que je ne prends." C'est un désir qui plaît à Dieu et qui devrait tous nous habiter.
Le Seigneur a dit : " Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi et qu'il boive, et des fleuves d'eau vive jailliront de lui. " Dieu veut que des fleuves d'amour, de compassion et de miséricorde jaillissent de nous. Nous devons nous considérer comme des producteurs, comme des personnes qui ne sont pas seulement centrées sur elles-mêmes et sur ce qu'elles peuvent obtenir, mais qui grandissent dans l'amour de Dieu.
Vous donnez peut-être l’impression d’être quelqu’un de religieux ou vous pensez l’être, mais quel genre d'amour pratiquez-vous autour de vous, que ce soit chez vous ou envers ceux qui sont bien moins lotis que vous ? L'amour de Dieu nous pousse à nous intéresser aux autres et c'est là que vous trouverez le vrai bonheur.
Il y a tant de choses que nous pouvons faire pour les autres. Commençons dès maintenant à regarder autour de nous : " Je vais laisser l'amour de Dieu se déverser de mon cœur, je veux être un producteur, quelqu’un qui donne, et je vais donner plus que je ne prends. "


save

JE NE SERAI PAS SUBMERGÉE !                – Psaume 46
Dieu est pour nous un rempart, Il est un refuge, un secours toujours offert lorsque survient la détresse. Par conséquent, nous ne craignons rien quand la terre est secouée et même enlevée, quand les montagnes s’effondrent, basculant au fond des mers ; quand, grondants et bouillonnants, les flots des mers se soulèvent et ébranlent les montagnes.
Dieu est pour nous un rempart, Il est un refuge—Sommes-nous en danger face à des ennemis visibles ou invisibles ? Sommes-nous accablés de problèmes et de détresses ? Rappelons-nous simplement comment Dieu a toujours fait Ses preuves dans le passé. Il est notre refuge, Celui vers lequel nous fuyons et auprès duquel nous sommes en sécurité. Il est un secours très présent, jamais éloigné et facile à trouver.
Par conséquent, nous ne craignons rien –Voici la conclusion, la conséquence de l’avoir pour Dieu. Il n'est pas juste d’affirmer que Dieu est notre refuge, un Dieu d'amour, un Dieu bon, et d’avoir peur, car c'est la réaction opposée !!  Nous sommes censés avoir la foi et croire ces vérités, et notre réaction devrait être : par conséquent, nous ne craignons rien!
Quand la terre - le fondement même sur lequel nous nous tenons – est secouée et même enlevée – quand bien même elle ne nous soutiendrait plus, mais s'enfoncerait sous nos pieds, menaçant de nous engloutir ; et quand les montagnes - les parties les plus solides et les plus fermes de la terre –  s’effondrent, basculant au fond des mers - qu’elles seraient ensevelies dans les profondeurs de l'océan ; quand, grondants et bouillonnants, les flots des mers se soulèvent - quand bien même la mer serait démontée, qu’elle ferait un vacarme assourdissant et que ses flots se soulèveraient et frapperaient violemment le rivage jusqu’à en ébranler les montagnes
Imaginez que vous ouvrez votre porte et que la terre a disparu ! Même dans ce cas, nous ne devons pas avoir peur !
Combien de choses nous inquiètent en ce moment, qui ne sont pas encore arrivées et qui n'arriveront peut-être jamais ? Combien de fardeaux portons-nous qui nous volent notre bonheur, notre énergie, et peut-être même notre santé, sachant que beaucoup de problèmes de santé sont causés par le stress, l'inquiétude et la peur ?
Sur une échelle de 0 à 100, nos problèmes sont peut-être à 90, voire à 99, mais sont-ils aussi grands que si la terre était enlevée ? Ça, c'est même à plus de 1000 sur notre échelle ! Est-ce que cela relativise nos problèmes ? Nous avons peut-être beaucoup de gros problèmes, mais sont-ils aussi graves que celui-là ? Mais même dans ce cas, nous ne devrions pas avoir peur parce que Dieu est notre Dieu!
Je ne dis pas qu’il faut faire l'autruche et ignorer ce qui se passe autour de nous. Bien sûr que non ! Mais nous pouvons regarder bien en face la situation dans laquelle nous sommes ou dans laquelle se trouve le monde, et ne pas nous inquiéter, car notre Dieu est plus grand que tout cela.
Dieu ne va pas supprimer tous les défis auxquels nous faisons face, mais Il va nous aider à les relever et à les surmonter. Nous n'avons pas à nous avouer battus par les circonstances, ni à nous soumettre à ce que le monde décide, ni même à être pris en otages par les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons. Nous pouvons nous comporter en personnes qui ont un Dieu bon, omniscient, omnipotent et omniprésent, car c'est vraiment le cas. Il ne dort ni ne sommeille jamais, et nous n'avons pas à avoir peur dans ce monde en proie à toutes sortes de craintes. Il sait que nous vivons à une époque de grand stress et de sérieux problèmes qui ne sont pas faciles à gérer et à endurer.  
Nous faisons face à beaucoup de choses qui nous dépassent, mais nous avons un Dieu qui est plus grand que tout cela et nous pouvons nous décharger de nos soucis sur Lui parce qu’Il prend bien soin de nous.
Je fais confiance à Tes promesses.
Que les eaux montent !  Je ne serai pas submergée par l’océan qui rugit,
Que la terre tremble sous mes pieds, que les montagnes s'écroulent,
Tu es mon Dieu, Tu es plus fort que la tempête et je suis Ton enfant.


save

Une image contenant texte  Description générée automatiquementLes disciples ont-ils halluciné la résurrection ?
Selon la Bible et certains récits historiques, Jésus était vivant sur cette terre pendant trente-huit jours après Sa résurrection et, pendant ce temps, il est rapporté que des centaines de personnes L'ont vu. Ces personnes ont-elles été sujettes à des hallucinations ?
Les gens pensent souvent à la Résurrection comme à des apparitions en privé.
Marie-Madeleine est la première personne à avoir vu Jésus et elle était seule. Est-il possible qu'elle ait eu une hallucination ? Après tout, elle aimait Jésus ! Elle voulait tellement Le voir vivant qu’elle a peut-être imaginé tout cela...
Dans Luc 24 et 1 Corinthiens 15, Pierre aurait également vu Jésus, lors d'une rencontre en tête-à-tête. Lui aussi aurait pu imaginer que Jésus était vivant. De même, il est écrit que Jacques, le frère de Jésus, qui était sceptique, a vu Jésus et que cette rencontre l'a transformé au point qu’il est devenu croyant ! Mais peut-être se sentait-il simplement coupable de son attitude négative passée envers Jésus...
Que dire de l'apôtre Paul qui a rencontré Jésus sur le chemin de Damas ? (Actes 9.3-6 ; 1 Cor 15.8) Dans son récit, il précise que ses compagnons n’ont rien vu de ce qu’il a vu. Alors peut-être que, pour une raison inexpliquée, il a eu une hallucination...
Ainsi, en raison de ces rencontres individuelles, la "théorie de l'hallucination" a séduit les gens au fil du temps.
Mais n'oublions pas tous les autres témoignages de la Résurrection, dont certains sont mentionnés ci-dessous :
* Trois femmes ont vu Jésus en Matthieu 28, puis deux disciples sur la route d'Emmaüs en Luc 24. Donc, là nous aurions plusieurs personnes qui auraient eu exactement la même " hallucination " !?
* Il est aussi apparu aux disciples, sauf à Thomas (Jean 20:19-25), puis aux disciples avec Thomas (Jean 20:26-29) : au moins 10 personnes auraient eu la même " hallucination " !
* Il est apparu à sept de Ses disciples sur les rives de la mer de Galilée (Jean 21:1-25) de même que sur une montagne en Galilée (Matthieu 28:16-20), et au moins 11 personnes étaient présentes au moment de  son Ascension (Luc 24).
Est-il raisonnable de penser que toutes ces personnes aient eu exactement la même "hallucination" ?
Et que penser de ce récit en 1 Corinthiens 15.6, où Paul affirme qu'à un certain moment, Jésus est apparu à plus de 500 croyants, en précisant que la plupart d'entre eux étaient encore en vie et pouvaient témoigner de l'apparition !?
C'est pourquoi Pierre a dit dans 2 Pierre 1.16 : En effet, nous ne nous sommes pas appuyés sur des histoires habilement inventées, lorsque nous vous avons fait connaître la venue de notre Seigneur Jésus-Christ dans toute Sa puissance, mais nous avons vu Sa grandeur de nos propres yeux. Ils ont toujours affirmé qu'ils étaient des témoins oculaires.
Théoriquement, il se peut qu'ils aient eu des hallucinations, mais ce n'est pas raisonnable car cela ne tient pas compte des preuves : il y a eu de nombreux témoins oculaires, le tombeau était vide, et personne n'a jamais produit Son corps.


save

Une image contenant personne, intérieur, groupe, gens  Description générée automatiquementLES DISCIPLES SE SONT-ILS MIS D’ACCORD POUR MENTIR A PROPOS DE LA RESURRECTION ?

Cette histoire de résurrection était-elle une sorte de conspiration ? Se pourrait-il que ces 11 hommes aient menti sur cet événement parce qu'ils voulaient créer une nouvelle religion mondiale en espérant en tirer des avantages ?

Voici les ingrédients clés d'une conspiration réussie :

Un nombre limité de conspirateurs : Une conspiration de 2 personnes a beaucoup plus de chances de réussir qu'une conspiration de 5 personnes, du fait qu’il y a moins de personnes qui risquent de vous dénoncer plus tard.

Une durée de conspiration courte : Il est plus facile de s’accrocher à un mensonge pendant quelques jours que pendant plusieurs mois.

Excellente communication : Vous devez pouvoir communiquer étroitement avec vos complices et savoir ce qu'ils disent, afin de répondre aux questions de la même manière. Si vos communications sont limitées, cela peut être un gros problème.

Peu ou pas de pression exercée sur vous.

Comment les disciples auraient-ils réussi à faire cela ? Bien que cette théorie de la conspiration soit plausible, elle n'est pas raisonnable. Voici pourquoi elle est en fait impossible :

Le premier problème est le TEMPS : combien de temps allaient-ils s'accrocher à ce mensonge ? Quelques jours ou quelques semaines ? NON, ils ont dû persister pendant près de 60 ans ! Le reste de leur vie !

LA DISTANCE : Etaient-ils proches les uns des autres ? NON. Le disciple se trouvant en Italie était très loin de Thomas en Inde, à une époque où il n'y avait pas de téléphone portable, ni d'internet, ni aucun moyen de communiquer avec qui que ce soit. Sachant qu’ils étaient très éloignés les uns des autres, comment l'un d'eux pouvait-il savoir si les autres ne s’étaient pas déjà rétractés ? Sans communications, les conspirations prennent fin rapidement.

LA PRESSION : Les disciples étaient-ils sous pression ? Ce n'était pas seulement du genre: « Dites-nous la vérité ou vous irez en prison ! », même si c'est une pression suffisante. NON, ils ont été battus, tués, décapités, etc.… c'était une énorme pression.

Cette idée d’une conspiration nous pose un problème : elle est bien trop faible. L'histoire aurait facilement révélé un tel mensonge. Au lieu de cela, nous avons 11 hommes qui ont tous connu une mort violente (sauf Jean, qui est mort de vieillesse) sans jamais se rétracter.

Quel motif avaient-ils de mentir ? Quel était leur intérêt ? Derrière chaque crime, on trouve l’un ou l’autre de ces 3 motifs : la vénalité, la convoitise sexuelle ou relationnelle, et la soif de pouvoir.

Historiquement, on a connu des cas de menteurs qui ont inventé des histoires religieuses parce qu'ils avaient quelque chose à gagner dans l'un de ces 3 domaines : la contribution financière de leurs adeptes ; la possibilité d’avoir plusieurs femmes sous prétexte que Dieu leur avait commandé de le faire ; le pouvoir qu’apporte un nombre d’adeptes important, et parfois même une armée ! !!

Mais les apôtres ont été battus à mort, passés au fil de l'épée, crucifiés, décapités ou sont tombés sous les flèches. Tous sont morts sans un sou, la grande majorité sont morts seuls, tous ont été persécutés à cause de ce qu’ils proclamaient.

Pour chacun d'entre eux, leur dernier jour n'a pas été un bon jour. Alors quel motif pouvaient-ils avoir pour concocter cet énorme mensonge ?

De plus, pourquoi des femmes seraient-elles les premiers témoins au tombeau ? (Matthieu 28)

Ce n’est pas un problème que des femmes témoignent aujourd'hui, mais à cette époque et dans ce pays, les femmes n’avaient aucune crédibilité en tant que témoins devant un tribunal. Si je devais inventer une histoire, je chercherais à convaincre quelqu'un qui a de l'influence et du pouvoir dans la communauté à laquelle j'essaie de vendre un mensonge, mais certainement pas des femmes. Pourtant, c'est exactement ce qui s'est passé. Pourquoi ? Parce qu'elles ont vraiment été les premiers témoins...

S’il n’est pas impossible qu'ils aient menti, ce n'est ni plausible ni raisonnable car cela n’explique pas les preuves : les disciples ont été transformés après leurs observations de la Résurrection.

Vous et moi serions-nous prêts à mourir pour un mensonge ?

(A suivre dans « Les disciples ont-ils halluciné ? »)